Les aires gérées par VAGO en France

140 collectivités

Près de 300 terrains

Pour plus de 9000 places gérées

Actualités

Une formation plébiscitée pour l’accueil des gens du voyage

 

 

 

« Le bilan de cette formation d’une journée pilotée par Vago a été tellement positif que nous allons en organiser de nouvelles, pour le personnel et pour les élus ». Sophie Thoraval, Directrice de la Cohésion Sociale de Saint-Louis Agglomération.

 

Dix-huit agents de différents services de Saint-Louis Agglomération - Alsace 3 Frontières, dans le Haut-Rhin, ont bénéficié le 25 juin 2018 d’une formation sur mesure sur la problématique de l’accueil des gens du voyage (1). Cette journée a été élaborée à la suite d’une demande de l’agglomération auprès de Vago, et mise en œuvre par ESHA.

 

Cette communauté d’agglomération de 40 communes dispose actuellement de 2 aires d’accueil, l’une de 20 places à Saint-Louis, en régie, l’autre de 10 places, à Huningue, gérée par Vago. Saint-Louis Agglomération rencontre des problèmes spécifiques et envisage la construction d’une troisième aire sur son territoire, à Kembs. « C’est une compétence nouvelle, et nous rencontrons beaucoup de stationnements illicites. Cela nous a donc semblé utile d’avoir une formation pour le personnel en contact avec les gens du voyage. Nous avons donc demandé à Vago et ESHA d’élaborer cette journée de formation » explique Sophie Thoraval, directrice de la cohésion sociale de l’agglo.

 

La journée a débuté par une présentation générale sur les différentes communautés qui constituent les gens du voyage, le monde tzigane. « Nous voulions mieux comprendre d’où ils viennent, leurs us et coutumes, pour mieux appréhender certains comportements. Nous voulions aussi des outils pour mieux entrer en contact lors d’un accueil physique ou téléphonique, ainsi que pour mieux gérer des situations tendues ou conflictuelles et les stationnements illicites nombreux dans notre territoire, frontalier à la fois de la Suisse et de l’Allemagne » détaille Sophie Thoraval.

 

Un bilan très positif

 

Pour elle, le bilan s’avère très positif. « Cela a été une journée de formation très pratique, riche, concrète, vivante, qui permet de réfléchir à notre politique d’accueil des gens du voyage. Puisque la compétence est désormais d’ordre intercommunal, nous envisageons une harmonisation : à terme toutes nos aires seront régies par un prestataire, avec un règlement et des tarifs identiques » analyse la directrice de la cohésion sociale.  

 

Pour elle, les enseignements ont été nombreux. « L’intervenant, Vincent Julienne, très expérimenté, a généré un dialogue très fructueux. Le déjeuner a permis des échanges en off, puis individuels. Les sujets ont été très bien amenés, en sobriété, il n’y a pas eu de débordements. Les participants ont joué le jeu, ils ont posé des questions, remonté leur expérience, y compris certains agents qui ont connu des cas très lourds, et venaient un peu à contrecœur. Il y a eu une bonne dynamique de groupe » témoigne-t-elle.

 

« Nous avons appris à mieux connaître les coutumes des gens du voyage vis-à-vis de la famille, des enfants, de la scolarisation. Vincent Julienne nous a donné un rappel des règles juridiques, des conseils de comportements. Il faut être ferme, donner des réponses précises : c’est oui ou non, mais pas peut-être ! Nous avons aussi conscience qu’il n’y a pas de solution miracle quand il y a des stationnements illicites, ni de solution générale pour éviter les tensions, notamment car une partie de la population concernée ici n’est pas véritablement tzigane, mais plus en marge. C’est un travail quotidien de suivi, et la nécessité d’être réactif ».

 

Au final, l’intérêt de cette première journée a été tel que Sophie Thoraval envisage d’en organiser de nouvelles : pour le personnel, et pour sensibiliser les élus.

(1) : Plusieurs services ont été concernés :  celui des gens du voyage, celui des sports (notamment accueil de la piscine et entretien des équipements), le service des patrimoines et celui des déchets ménagers.